Ozzy Osbourne revisite ses années de déchéance dans un nouveau clip

« Under the Graveyard » traite de la relation du rockeur avec sa femme Sharon et la sobriété.

Peu de gens peuvent se vanter d’avoir eu une vie aussi rock’n’roll que celle d’Ozzy Osbourne. Le parrain du heavy metal est en effet connu aussi bien pour son génie musical que pour ses déboires dans les années 70 et 80.

Bien que cette période ait été difficile à vivre pour Osbourne, le septuagénaire revisite aujourd’hui un des épisodes les plus marquants de sa vie. Pour accompagner « Under the Graveyard », le premier single de son douzième album solo Ordinary Man, le Prince des ténèbres met en vidéo l’histoire de ces fameux trois mois en 1979 qu’il a passé enfermé dans une chambre d’hôtel. Après s’être fait renvoyé de son célèbre groupe Black Sabbath, Ozzy s’est noyé dans la drogue, l’alcool et le sexe. C’est alors qu’entre en scène Sharon, que plusieurs connaissent maintenant comme étant sa femme. 

Comme le raconte la vidéo, Sharon a passé plusieurs semaines avec Ozzy dans cette chambre du West Hollywood Hotel pour le superviser alors qu’il tentait de retrouver le droit chemin. La vidéo démontre donc de manière très imagée l’enfer qu’a vécu le couple durant la quête de sobriété d’Ozzy. Bien qu’il ait plus tard rechuté, c’est le moment qui a cimenté la relation entre le rockeur et sa femme, comme le démontre la vidéo qui se termine avec une jolie photo prise le jour de leur mariage, trois ans après ce douloureux épisode. 

La vidéo semi-biographique d’« Under the Graveyard » a été réalisée par Jonas Akerlund, et met en vedette Jack Kilmer dans le rôle d’un jeune Ozzy et Jessica Barden dans le rôle de Sharon. L’album Ordinary Man paraîtra en janvier 2020.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lorenzo vit l’expérience québécoise en grand avec Les Anticipateurs

Au fur et à mesure que le rap francophone gagne en popularité et en crédibilité, de plus en plus de connections transatlantiques voient […]

Dans le même esprit