Marche contre les violences faites aux femmes : on y était

Témoignages de manifestantes

Le violet est une couleur propice à la créativité, à la méditation, c’est la couleur de la mélancolie et du repentir. Le violet c’est la couleur du deuil dans certaines cultures. Le violet n’est la couleur d’aucun parti politique. Mais le violet c’est aussi (et c’est ce qui nous intéresse ici) la couleur du mouvement #NousToutes, qui vise à rassembler les femmes contre les violences. Ces violences qui, depuis le début de l’année 2019, ont causé la mort d’au moins 116 femmes, tuées par leur conjoint ou ex-conjoint.

Nous avons marché à Paris ce 23 novembre 2019, nous avons rejoint le mouvement contre les violences faites aux femmes où des milliers de personnes ont défilé pour peser sur le gouvernement à 2 jours de la fin du “Grenelle”. On en a profité pour demander aux manifestantes pourquoi elles arboraient fièrement cette couleur. Voici quelques témoignages pris sur le vif.

(Il y avait aussi beaucoup de manifestants aujourd’hui, des hommes de tous âges. Je suis moi-même un homme qui écrit sur le sujet des violences faites aux femmes, et j’ai souhaité les écouter et transmettre leur message, sans filtre.)

Mathilde, 25 ans

C’est la couleur de #NousToutes, la couleur contre le viol, contre le féminicide. C’est un signe d’appartenance à cette lutte. Nous sommes toutes et tous concerné.es. La première fois, il y a 2 ans, on n’en avait même pas entendu parler, alors que cette fois-ci, depuis 2 mois on ne parle que de ça. Les gens viennent de partout et le mouvement a vraiment pris de l’ampleur. Mais je trouve que ce n’est pas assez et surtout ça ne s’applique pas dans les faits. Il y a toujours autant de féminicides et la justice prend toujours aussi peu en compte la parole des victimes. Donc oui, dans la rue, il semble que quelque chose est en train de se passer mais concernant les viols, les agressions, les harcèlements de rue et féminicides, on n’a pas de réel renouveau! Les fêtes arrivent et je pense que dans les repas de famille il n’y aura pas de renouveau non plus, soyons honnêtes! Etre ici ce n’est pas être contre les hommes, ce n’est pas ça. En fait c’est normal pour moi d’être ici, en violet…

Sarah et Alexandra

Nous sommes en noir car nous sommes en deuil, tout simplement. Nous rendons “femmage” aux femmes assassinées cette année et les années précédentes. C’est notre première année avec le cortège Collage féminicides, car le collectif a été créé cette année.

Clara, 28 ans

Je suis le mouvement depuis l’année dernière, je suis féministe et c’est important pour moi. Il y a vraiment une super ambiance cette année, comme l’année dernière en fait. C’est vraiment sympa, très joyeux mais grave à la fois. De temps en temps, on lit un panneau et ça remet un coup. “Dans 15 féminicides, c’est Noël” : c’est très dur, mais très important et vraiment motivant.

Marie-Lou 20 ans, Axelle 17 ans

Ce violet, c’est pour le rassemblement, pour soutenir et faire entendre les femmes qui n’ont plus de voix aujourd’hui.

Catherine 60 ans, Rogine 62 ans

Cela fait déjà un moment que je suis féministe, je suis pas toute jeune, ça doit faire 5 ou 6 fois que je défile. Le violet c‘est l’alliage du rose et du bleu. Je trouve qu’il y a de plus en plus de jeunes qui se sentent concernés et de plus en plus de jeunes hommes surtout, et ça c’est extraordinaire! On n’est pas contre les hommes non plus, on les aime! Quand on parle de féminicides c’est quand même beaucoup dû aux hommes, donc c’est important qu’ils viennent! Ce sont nos fils ça, on les a bien éduqués.

Enfin, moi j’ai 2 fils qui ne viennent pas… Je suis en train d’écrire un essai sur la sexualité des femmes de plus de 50 ans, suite aux propos de Yann Moix qui disait qu’elles étaient invisibles. L’histoire de l’invisibilité des corps des femmes et de leur sexualité, c’est un truc récurrent.

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up