La bébé Yoda mania

Devant la chose, tu fondras.

À moins d’habiter « il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine», vous avez sûrement entendu parler ces derniers jours d’un buzz autour de cette mignonne petite chose surnommée « baby Yoda ».

D’un niveau de mignonnerie sans précédent (depuis Gizmo dans les Gremlins ou Brad qui braille comme un veau sur la tombe de sa femme tuée par accident dans Légende d’Automne), ce mystérieux personnage se révèle par surprise à la toute fin du premier épisode de la série télévision The Mandalorian, qui cartonne actuellement sur Disney+.

Coup de génie? Pivot racoleur? Stunt marketing? Toutes ces réponses? Peu importe ce qu’on en pense, baby Yoda ne laisse personne indifférent, sauf peut-être ma jeune collègue Jasmine, une de ces tristes personnes qui se vante de n’avoir jamais vu un Star Wars de sa vie.

Vous ne lirez sinon pas de critique ici de ce spin off de l’univers Star Wars, dont la franchise a été vendue à Disney en 2012. D’abord parce que seulement trois épisodes de la série ont été diffusés jusqu’à présent, ensuite parce que je suis un piètre critique cinéma, comme le prouve cette fois où j’avais osé mettre 3 étoiles au film Eye in the sky.

Maître Yoda, cette chose n’est pas

En gros, l’histoire raconte les aventures d’un chasseur de prime mandalorian (comme Boba Fett), qui a comme mission de tuer « baby Yoda », mais qui choque pour mieux devenir son ange-gardien. J’en sais pas plus, je suis juste rendu là dans l’histoire.

Fait à noter: la bébête aurait sinon 50 ans et N’EST PAS YODA JEUNE PANTOUTE.

«C’est LA bonne idée pour promouvoir le channel. Le show est ordinaire mais le bébé Yoda fait le pont entre l’ancienne et la nouvelle génération.»

Car non, amateurs d’amalgames boiteuses, ça ne peut pas être le rejeton du Père Fouras de la saga originale, puisque les évènements de The Madolarian se déroulent entre les épisodes Le Retour du Jedi et Le réveil de la force.

«À moins que ça soit un clone de Yoda», ose mon collègue Harold Beaulieu, un spécialiste de Star Wars reconnu au sein de la communauté sci-fi nord-américaine.

Sa théorie n’est pas si tirée par les cheveux que ça, puisque les clones font autant partie de l’univers Star Wars et que le silicone dans l’univers d’OD.

Harold Beaulieu, expert

Harold souligne le trait de génie d’avoir réussi à garder le secret de baby Yoda jusqu’au lancement de la série (et de la chaine Disney+). «C’est LA bonne idée pour promouvoir le channel. Le show est ordinaire mais le bébé Yoda fait le pont entre l’ancienne et la nouvelle génération», analyse notre expert-maison, ajoutant que le niveau de «Awwwww» atteint par baby Yoda l’a «pogné dans les ovaires même si j’ai pas d’ovaires. »

Même Jasmine-qui-se-trouve-wild-parce-qu’elle-n’a-jamais-vu-Star-Wars n’a pas eu le choix de reconnaître que le mignon bébé Yoda était aussi craquant qu’une poupée Furby.

Parions donc que les toutous et autres produits dérivés de baby Yoda feront fureur sous les sapins de Noël cette année.

Sur les Internet aussi, le personnage s’est répandu à la vitesse d’un sabre laser dans des GIF, des vidéos YouTube et même dans un hilarant segment de l’émission de Jimmy Kimmel.

Voici une courte sélection de nos memes chouchous. La meilleure façon de passer une belle journée. 

Que la force soit avec vous.

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up