2013 en musique : Alex Nevsky, Lorde et… une chanson vraiment problématique

C'est le temps de vérifier si vos vidéos de Harlem Shake sont encore publiques sur YouTube

Pour célébrer la fin de la décennie, on jette un coup d’œil sur la musique qui a marqué chacune de ses années. Et voilà qu’on rentre déjà dans l’année 2013, une année remplie de surprises.

Ça peut paraître difficile à croire, mais la notion d’un « album surprise » n’existait pas encore avant 2013.  Et pourtant, c’est exactement ce que Beyoncé a dévoilé le 13 décembre 2013. Oui, on se doutait déjà qu’un album était en chantier. Mais tout d’un coup, hop, Son cinquième disque était disponible sur toutes les plateformes. Heureusement, Beyoncé était bon, alors le stunt en a valu la peine. C’était juste un petit peu chien pour tous les journalistes qui étaient déjà assez occupés avec leurs listes de fin d’année.

Hit de l’année

La plus grosse chanson de 2013 était probablement l’un des hits les plus problématiques de la décennie. Durant douze semaines consécutives, Blurred Lines de Robin Thicke, Pharrell Williams et T.I. trônait au sommet du palmarès Billboard américain. Au Canada, la chanson tiendra la pôle position une semaine de plus. Mais voilà, même dans une période pré-#Metoo, les paroles créent une controverse. À force de protestation, le public réalise que, finalement, c’est un peu dégueulasse tout ça. Le beat est bon, mais s’afficher ouvertement comme un prédateur sexuel qui suggère que « non », c’est une façon sexy de dire « convaincs-moi », c’est pas bon du tout. Le vidéoclip, où les trois hommes sont en complet entourés de jeunes mannequins minces à moitié nues ne fait que renfoncer cette idée de domination malsaine.

Oh, et le beat qui est si bon, c’est pas mal une pastiche de Got to Give It Up de Marvin Gaye. Au point où Thicke et Williams ont dû se défendre de plagiat devant un tribunal. Robin Thicke ne sera jamais plus capable de se défaire de son image de gars crasse par la suite. En même temps son numéro aux Video Music Awards, où il se fait twerker dessus par Miley Cyrus, est pas mal la performance musicale la plus malaisante de la décennie. J’ai même pas été capable de la regarder au complet.

Autres gros hits

Alors que Robin Thicke essaie d’encourager les gens à porter moins de vêtements, Macklemore les invite à s’en procurer à rabais. Thrift Shop devient le plus gros succès du début de l’année. Aidé par un riff de saxophone accrocheur et une production de son partenaire Ryan Lewis, le rappeur va à l’encontre des conventions hip-hop et suggère de laisser tomber les t-shirts à 50$ pour acheter des manteaux à 99¢. Comme quoi, même avec une poignée de change, tu peux avoir plus chaud que Miley Cyrus, toute nue dans le clip de Wrecking Ball.

Dans un même esprit, la Néo-Zélandaise Lorde devient une héroïne avec sa pièce Royals, qui gravit lentement, mais sûrement les palmarès. Sur sa pièce, l’adolescente rappelle qu’on n’a pas besoin de vivre dans un château ou d’avoir des jolies bagues pour être une reine. À 16 ans et onze mois, elle est devenue la plus jeune artiste à atteindre la première place aux États-Unis avec une chanson qu’elle a écrite. Son succès amènera aussi une nouvelle vague de pop minimaliste et de jeunes chanteuses qui assument leur côté sombre.

Enfin, 2013, c’est l’année où les vues sur YouTube sont enfin comptabilisées par Billboard. Le changement arrive la semaine où le Harlem Shake est devenu un phénomène viral. Tout le monde faisait son propre vidéo sur la chanson de Baauer, ou plutôt sur ses trente premières secondes. Personne n’a jamais écouté les 2 :46 restantes à la chanson, soyons honnêtes.

Un jour, j’ai vu, par accident la chroniqueuse techno expliquer à Salut Bonjour c’était quoi, ce mème-là. C’est à ce moment-là que j’ai compris que le Harlem Shake, c’était fini. 

Au Québec

En 2013, c’est fini Star Académie : maintenant, on écoute La Voix. Le concept est vraiment pas pareil, mais le but est pas mal le même. La différence, c’est que cette nouvelle émission permet non seulement de lancer la carrière de nouveaux chanteurs, elle mousse aussi celle des juges établis. Difficile de croire que Marc Dupré aurait pu gagner le Félix de la chanson populaire de l’année à l’ADISQ autrement. Ma mère m’a souvent dit que dans la vie, si tu n’aimes pas quelque chose, c’est mieux de ne rien dire. Je ne vais donc pas parler de Nous sommes les mêmes plus longtemps.

Au moment où ce gala a lieu, la chanson qui a le plus de succès à la radio est On leur a fait croire d’Alex Nevsky. C’est cette pièce qui remportera le Félix de la chanson de l’année en 2014. Six ans plus tard, j’ai encore de la misère à me sortir ce ver d’oreille de la tête. Enfin, Céline Dion et les Trois Accords surfent tous les deux sur des albums parus à la fin de l’année précédente. Sans attendre et J’aime ta grand-mère, respectivement, donneront beaucoup de jus aux stations de radio durant l’année.

Succès critiques

Il y a beaucoup de réponses valables à la question « quel est le meilleur album de Kanye West? » Mais il n’y a qu’une seule bonne réponse : Yeezus. Avec un son brutal, concis et intense, on y trouve le rappeur à son plus punk. Tout le contraire de Daft Punk, qui fait un retour en 2013. Random Access Memories est un plus grand succès critique que populaire. D’un côté, Get Lucky a atteint la deuxième position du Billboard. De l’autre, le site Acclaimed Music la place au sommet des chansons les plus adulées de toute la décennie, avec une soixantaine de mentions bien placées dans différentes listes professionnelles. Ici, Daft Punk revient à une musique dance plus organique, plus près du disco. Tout d’un coup, à peu près tous les groupes populaires de deuxième ordre vont essayer de recréer le son de l’album. Personne ne va réussir.

Au Québec, deux groupes issus des Francouvertes font vibrer les mélomanes québécois. D’un côté, les douces harmonies et les chansons imagées et sensibles des Sœurs Boulay font fondre les cœurs partout où elles passent. De l’autre, Dead Obies devient un incontournable de la scène hip-hop montréalaise avec Montréal-$ud.

En 2013, je suis jalouse du producteur Ariel Rechtshaid, qui côtoie les meilleurs artistes indie de la planète. Le Californien travaille en effet sur le nouvel album de Vampire Weekend Modern Vampire of the City. Mais, surtout, il collabore avec mes trois nouvelles artistes préférées de l’année. Les premiers albums de Charli XCX, Sky Ferreira et les sœurs du trio HAIM ont défini 2013 pour moi, et c’est vraiment par manque d’espace dans la chronique que je les regroupe toutes ensemble. Bref, c’est l’âge d’or des blogues tumblr de musique.

Enfin, dans l’underground britannique, c’est le début d’un collectif électronique très champ-gauche avec le phénomène PC Music. Dans ce style, une proche du collectif, la productrice hyperpop SOPHIE se démarque. Dès la sortie de son simple BIPP, elle se met à retenir l’attention des mélomanes aventureux. C’est le début d’une carrière fort intéressante pour la spécialiste du son synthétique.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lorenzo vit l’expérience québécoise en grand avec Les Anticipateurs

Au fur et à mesure que le rap francophone gagne en popularité et en crédibilité, de plus en plus de connections transatlantiques voient […]

Dans le même esprit